la roue tourne, Ribery penseur de l'année

 

Quel point commun entre toutes ces personnes ?
Le temps qui passe et n’est pas perçu de façon identique et/ou uniforme tout comme les actions que chacun met en œuvre, modestement ou publiquement.
La société est en plein changement, de nouveaux paradigmes surgissent que beaucoup ne veulent pas voir par peur de l’avenir, crainte du changement et c’est la non point la crise mais le cirque! accompagné d’un bouleversement des valeurs nécessitant une nouvelle grille de lecture.
Les politiques n’en ignorent rien mais, trop occupés à conserver leur place et/ou
  garantir leur futur, font volontairement l’impasse sur le problème. Aussi ne trouve-t-on pas d’autre qualificatif que clownesque (vive le Grock Mitaine ?) pour  décrire l’attitude du gouvernement français qui prétend faire la leçon à l’Europe tout en ne respectant pas ses engagements financiers et budgétaires ….

Share

 

 

L'actualité de ces derniers jours a été quelque peu monopolisée par les conflits ou crises ethniques, religieux, commerciaux,.sanitaires. bref des guerres, des guerres et encore des guerres !

L'avenir ne s'annonce pas radieux de prime abord. Heureusement certains nous aident à déceler en tout cela que les signes annonciateurs d'un grand changement de société. Nous allons progressivement passer d'une société moderne/post moderne, industrielle/de services à une société du savoir qui bouleversera tous les rapports humains.
Tous les épiphénomènes actuels ne sont que les résistances de ceux (groupes ou individus) qui craignent de voir leur aura diminuer, leur pouvoir s'amoindrir et leur confortable position menacée...

Alors résolument, allons vers plus de partage, plus d'espoirs, davantage de respect et de rêves, moins d'Etat et de contraintes (n'en déplaise aux critiques du libéralisme).
Pour cela, savourez quelques bonnes pages de Marc Luyckx GHISI : "Surgissement d'un monde nouveau" 286p que vous trouverez facilement en librairie ou sur internet.

Share
 

grande lessive


Avec la Reine d’Angleterre et après le parapluie bulgare,
voici  le parapluie de l’Hôtel de Ville….

 

 On  parle plus souvent de KALACHNIKOV ou de TAURUS (clin d’œil à nos amis brésiliens  des favelas)  quand le parapluie fait un retour en force ou en fanfare (militaire)?!.... 
 Il avait déjà fait parler de lui, emblème du flegme britannique (cf. John Steed in Chapeau melon et  bottes de cuir) puis arme létale de certains services secrets, 
le voilà devenu outil politique efficace de division partisane et sociale (cf. Mme Hidalgo).
Mais c’est bien là une de ses utilisations mineures  chez nous,  en  France,  où il a surtout été consacré pour son emploi depuis belle lurette  dans l’administration et les services publics (cf. les ronds de cuir de Courteline)  véritable  paratonnerre,  utile pour prévenir les  
foudres des supérieurs hiérarchiques..
Je n’ai jamais été de ceux-là  ce qui m’aura sans doute coûté bon nombre de promotions et je continuerai  à marcher tête haute sous la pluie qui lave les  boues médiatiques, très nombreuses en ce moment (anniversaire anesthésiant du débarquement en Normandie, aucune évocation des débarquements s  
en Italie cf. Monte Cassino ou en Provence…).

En attendant, continuons de parler de guerres de commémorations et vite :

du pain et des jeux,  du vin et du fromage, Président !

 

 



 

 

 

 

Share

 

 

Voilà,

avec l'élection au premier tour du député-maire sortant, s'achève une belle aventure humaine et citoyenne: celle de plus d'une cinquantaine d'habitants de Courbevoie désireux de faire bouger les lignes, de faire avancer la qualité de vie dans leur municipalité, loin des étiquettes politiques et bien au delà des partis.
Il en a été décidé autrement: les parachutages des grands appareils politiques séduisent toujours autant (sans doute qu'ils rassurent artificiellement les électeurs sur la capacité des dits intéressés à "bien" gérer la chose publique..), l'électorat extrémiste progresse, tout comme l'abstentionnisme. Mais rien de tout cela n'interpelle les partis....qui continuent leur bonhomme de chemin.
Merci en tous ca à toute l'équipe, tous les colistiers mais aussi tous ceux qui ont œuvré dans l'ombre, merci pour votre foi et votre enthousiasme communicatifs, merci aux créatifs (extraordinaire photographe, bluffant concepteur de site web, journalistes et communauty managers..), merci aux anciens qui n'ont pas un instant hésiter à partager tout leur savoir et leurs connaissances, merci à toutes ces dames plus charmantes et enjouées que beaucoup quand il leur a fallu remplir des rôles ingrats (rappels à l'ordre, planning et agenda, logistique..), merci encore et bravo également aux partenaires qui auront permis et financé tout cela

Un seul regret finalement : que cela n'ait pas duré plus longtemps pour conduire à un changement plus radical de nos institutions démocratiques qui ont grand besoin d'être dépoussiérées.
Et encore merci ARASH !

 

 

Share