grande lessive


Avec la Reine d’Angleterre et après le parapluie bulgare,
voici  le parapluie de l’Hôtel de Ville….

 

 On  parle plus souvent de KALACHNIKOV ou de TAURUS (clin d’œil à nos amis brésiliens  des favelas)  quand le parapluie fait un retour en force ou en fanfare (militaire)?!.... 
 Il avait déjà fait parler de lui, emblème du flegme britannique (cf. John Steed in Chapeau melon et  bottes de cuir) puis arme létale de certains services secrets, 
le voilà devenu outil politique efficace de division partisane et sociale (cf. Mme Hidalgo).
Mais c’est bien là une de ses utilisations mineures  chez nous,  en  France,  où il a surtout été consacré pour son emploi depuis belle lurette  dans l’administration et les services publics (cf. les ronds de cuir de Courteline)  véritable  paratonnerre,  utile pour prévenir les  
foudres des supérieurs hiérarchiques..
Je n’ai jamais été de ceux-là  ce qui m’aura sans doute coûté bon nombre de promotions et je continuerai  à marcher tête haute sous la pluie qui lave les  boues médiatiques, très nombreuses en ce moment (anniversaire anesthésiant du débarquement en Normandie, aucune évocation des débarquements s  
en Italie cf. Monte Cassino ou en Provence…).

En attendant, continuons de parler de guerres de commémorations et vite :

du pain et des jeux,  du vin et du fromage, Président !

 

 



 

 

 

 

Share